BelgoLudique XXIII

...
Mise à jour: 10 sept 2022

Belgo VI : La Famille Sait Pourquoi

Le rideau s'est refermé sur la VIème édition du Belgoludique. Une fois de plus, la Ferme du Chant d'Oiseau fut le théâtre de joutes passionnantes et enflammées. Les ludopathes rassasiés peuvent enfin dormir d'un sommeil réparateur. Envolée enfin cette impression que l'on aurait encore pu jouer une partie de plus...

Mais revenons un peu en arrière. Dès vendredi soir, les nombreux participants - le chiffre de 100 a été atteint cette année - sont mis dans le bain avec Attribut, un jeu... bruyant destiné à faire plus ample connaissance. Dans Attribut, un thème est choisi à tour de rôle par chaque participant. Il faut proposer un attribut qui soit colle au thème, soit s'en éloigne. Chaque joueur doit alors rapidement choisir chez un adversaire un attribut qui, selon lui, correspond au thème. Quand les vacances riment avec constipation, franches rigolades assurées !

Une fois lancés, plus moyen d'arrêter de vrais joueurs. Aussi deux tournois sont proposés d'entrée : SpaceBlast, un combat spatial au finish mis en scène par P. Keyaerts, et Himalaya, une adaptation du jeu Marchands d'Empires, qui est l'une des bonnes surprises du week-end. Les jeux et les tournois se succèdent alors à un rythme effréné. A côté des désormais classiques Goa, St-Peterburg et autres Roads 'n Boats, notons que la palme du jeu le plus joué revient au Sceptre de Zavandor (avec un tournoi pirate qui a regroupé plus de 37 participants).

Dans les hors-catégories, Weykick est un jeu de foot sur un plateau octogonal qui a déchaîné les foules jusqu'aux petites heures... Du délire !

Le lundi soir, surprise ! Faisant irruption lors du sacro-saint souper, Eliot Boulou Ness se propose d'éliminer tous les mafiosi du coin et d'interdire la vente d'alcool et les jeux (NDLR: Sacrilège!). Ce qui n'est pas du goût de Phil Kapone. Une altercation qui coupe court, avec l'assassinat de Boulou Ness (j'épargnerai ici les détails, mais c'était horrible). Place aux jeux donc, et à la soirée à thème. La 'famille' s'est chargée d'organiser une grande vente immobilière. Tout le monde commence avec une petite somme d'argent, quelques lopins de terre et des contrats de bâtiment. Le but du jeu étant de retrouver les propriétaires des terrains avoisinants afin de construire les plus grands immeubles. Achats, échanges, ventes aux enchères, marchandage et corruption de fonctionnaire au programme... Avec même un tripot où l'on pouvait déguster un verre de whisky en jouant au dé (pipé !) avec la tenancière. Et tout cela en costume d'époque, monsieur !

Pour poursuivre, Ca$h 'n Gun$, un jeu prochainement édité par Repos Production, où une bande de malfrats tente de se partager le magot d'un casse. Seul argument pour obtenir sa part du butin : le canon du pistolet. Un jeu de négociation et d'intimidation, où l'on apprend que les Normands ne renoncent jamais !

Dans la faune étrange de la ferme, on découvre des individus qui passent leur temps à ouvrir toutes les boîtes de jeu à la recherche du moindre indice. Pas facile en effet de reconnaître un jeu lorsqu'on n'a qu'une ombre chinoise d'une pièce ou d'un détail de dessin... C'est pourtant le défi qui était proposé aux participants dans le quizz cette année. Probablement le plus ardu de ces dernières éditions.

Toute cette énergie déployée et tous ces efforts ne seront pas vains. Au final, grâce à la générosité des sponsors (que l'on remercie une fois de plus ici), chacun a pu repartir avec des boîtes de jeu... pour patienter jusqu'au Belgo VII !

Thomas Laroche (2005)